L’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie." , László Moholy-Nagy.

Recadrage, pour ou contre ?

Sébastien Buemi aux 24 Heures du Mans 2015

Sébastien Buemi aux 24 Heures du Mans 2015 – 1/320s f/6.3 405mm 400Iso non recadrée

Recadrer une photo après la prise de vue grâce notamment à un logiciel de traitement d’image comme Photoshop, Lightroom ou DxO Optics entre autres est-ce un sacrilège ? Combien de fois nous sommes-nous retrouvés devant un écran d’ordinateur en nous disant que le cadrage n’est pas bon et qu’avec un clic de souris, la chose va être résolue ? J’écris cet article suite à la lecture d’un article traitant du même sujet paru, sur Nikon Passion (voir ICI) et je vous dis pourquoi je suis CONTRE le recadrage.

Le cadrage, base de l’oeil du photographe pour que l’image qui en résulte, puisse exprimer au mieux son message et surtout que la personne regardant la photo en question, en comprenne tout le sens.

Beaucoup de livres ont été écrits sur le sujet et il serait trop long d’en parler ici. Alors justement, une fois le cliché pris, peut-on recadrer la photo? Peut-on appeler cela de la triche ou de la fainéantise ? Est-ce honnête de recadrer ?

Maintenant, je ne veux pas non plus avoir une position trop extrémiste sur le sujet, car cela m’est arrivé de le faire et que celui qui ne l’a jamais fait me jette la pierre.

Alors oui, tout le monde n’est pas professionnel et que parfois un léger recadrage est nécessaire, car vous n’avez qu’un seul cliché du bon moment où vous avez déclenché et que votre oeil de photographe a jugé bon. Mais alors justement le fait de ne pas être professionnel nous donne-t-il le droit de le faire ?

Je réponds non ! J’ai toujours refusé de le faire même si cela m’est déjà arrivé par nécessité, car je trouve que cela est tricher vis-à-vis de son oeil. Je suis partisan du one shot, good shot et cela vous oblige à être bon dans le cadrage d’entrée, de faire travailler votre oeil et ainsi d’anticiper votre cliché et non pas appuyer simplement en se disant que vous verrez bien une fois devant l’ordinateur. Faites travailler votre oeil de photographe et vous progresserez. On dit parfois d’un photographe qu’il a « l’oeil »… Mais comme toute compétence ou don, vous devez vous entraîner et ainsi vous améliorer. Ceux qui me suivent régulièrement ont déjà lu une de mes petites phrases préférées : si vous étiez le prochain Jimi Hendrix de la photographie, cela se saurait ! Nul n’est parfait, je vous l’accorde, moi le premier, mais justement cela ne coûte rien de s’améliorer, de s’entraîner et de progresser…

J’ai assisté à différentes courses par la suite et j’ai sorti quelques bons clichés. Puis j’ai assisté à un Grand Prix de F1 en Belgique en 2009. Je n’ai pas su sortir un seul cliché de bon… J’étais fou furieux, car je n’avais rien vu du GP, mon oeil vissé derrière l’objectif et aucun cliché digne de ce nom, n’était bon… Les Formules 1 sont extrêmement rapides… Pourquoi avais je réussi à sortir des clichés lors de différentes courses et là aucun. Je me suis fortement remis en question et je me suis entraîné pour m’améliorer. J’ai approfondi cette histoire de collimateurs (bon à l’époque, je travaillais sur un Nikon D200). Certains m’ont répondu et conseillé de travailler en rafale. Non, non et non, je voulais aller chercher mon cadrage, trouver et déclencher au bon moment. Je vois plein de photographes au bord des circuits qui travaillent en rafale et qui regardent ensuite sur leur écran, s’ils ont capturé un bon cliché, mais alors ils ne sont pas maîtres  de ce qu’ils prennent en photo ? Est-ce l’appareil qui travaille à leur place ? Dans ce cas, posez votre boitier à 50 Mpx, lancez un timelapse, allez boire une bière et revenez à la fin de la course…

Alors oui justement, cette profusion de pixels nous permet facilement de recadrer sans grosse perte de qualité, du moins sur la qualité du tirage.

Mais justement un des plaisirs de la photographie n’est-il pas de trouver le bon cadrage. N’est-ce pas une fierté de se dire que votre oeil a attrapé le cadrage parfait que vous souhaitiez ? Connaissez-vous la théorie du Whaou ? Lorsque vous regardez votre cliché, ça doit vous faire Whaou, si cela ne vous le fait pas, c’est qu’il n’est pas bon… J’exagère un petit peu, mais le jour où mon appareil ne me fait plus Whaou, il sera temps d’arrêter et de me mettre au tricot par exemple…

Je rejoins mon confrère de Nikon Passion sur un point qui est le fait que notre regard évolue, oui c’est vrai, mais pourquoi recadrer d’anciens clichés qui correspondaient à votre oeil du moment qui n’était certainement pas mauvais et j’ose croire que mon oeil évoluera jusqu’au dernier jour sur cette planète..

« Vous devez avoir cette capacité de conceptualiser les clichés avant même de les avoir pris, de les imaginer avant d’avoir déclenché, d’être capable de les visualiser avant de les avoir traités avec votre logiciel de retouche photo. La photographie est comme un interrupteur, vous voyez ou vous ne voyez pas… Le photographe, lui saura voir même dans le noir… Et voir également ce que les autres ne verront pas. »

J’ai écrit ces quelques lignes lors du dernier numéro de Swiss-Photos numéro 4 et je crois que le cadrage fait parti de la conceptualisation du cliché. Je le crois et j’en suis sûr même Tonnere de Brest ! Quand vous vous dites que vous voulez faire tel type de cliché, que ce soit du portrait, de la macro, du paysage, du sport, vous savez déjà instinctivement quel cadrage vous désirez voir et qu’elle(s) focales vous allez utiliser.

Nous parlions il y a peu d’Ansel Adams, regardez ses cadrages ou prenez Robert Doisneau, croyez-vous que ces photographes recadraient en post traitement ? ….. No comment…..Remarquez, Ansel Adams transportait jusqu’à 35 kg de matériel donc il avait le temps de peaufiner son cadrage une fois le matériel mis en place…

Alors, justement prenez le temps, oui prenez le temps de bien faire les choses et le cadrage deviendra instinctif.

À l’heure de la photo jetable et du numérique où tout ne va jamais assez vite et puis on s’en fout, on ne paye pas les pellicules, prenez le temps, imaginez un retour à l’argentique ! Imaginez que vous avez une pellicule de 36 poses dans votre boîtier et exercez vous à travailler chaque cliché que vous effectuez, exercez-vous à ce que chaque cliché soit meilleur que le précédent, ne faites pas plusieurs clichés d’un même sujet, faites en un, faites celui qui est parfait à vos yeux…

Bon ne faites pas non plus votre Alan Fayden et ses 720 000 clichés d’un Martin pêcheur (voir article a ce sujet ICI), tiens d’ailleurs Alan as-tu recadré ton cliché ? Ah ah… Non plus sérieusement, entrainez vous et votre oeil, prenez le temps d’analyser et de corriger, prenez le temps d’améliorer votre technique, votre cadrage et tout ce qui fait que votre cliché sera réussi au premier déclenchement…

N’oubliez jamais que ce n’est pas l’appareil qui fait la photo, mais vous…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Vous recadrez ou pas ?

Frederik Gravier

Passionné depuis plus de 15 ans par la photographie, les appareils photo, les drones, la vidéo et l'image en général, j'en ai fait mon métier et depuis quelques années, je vous fais partager cette passion !

Les derniers articles par Frederik Gravier (tout voir)

2 thoughts on “Recadrage, pour ou contre ?

  1. Dizzi

    Merci pour votre pensée sur le sujet.
    Perso, je trouve que, en 2017, j’ai des outils à ma disposition, je m’en sert, point.
    Tout le charabia dans votre tête n’est que propre à votre fierté.
    La personne a qui vous présentez son shooting n’aura pas la moindre idée du chemin que vous avez pris.
    Ce questionnement ressemble presque à un conflit de génération… ( c’était mieux avant, etc etc )
    Dans ce cas :
    – Maitrisez la balance des blancs plutôt de que shooter en RAW…
    – Déplacez vous plutôt que d’avoir des zooms,
    – Désactivez votre Live View plutôt que de faire du Chimping,
    – Interdiction d’utiliser lightroom,
    – et pourquoi pas, pas de MAP auto, faites tout à la bague,
    – …

    Alors c’est sur, gagner un marathon à pied nus est très gratifiant. Mais je préfère mettre des runnings tout de même…

    Reply
    1. Frederik Gravier Post author

      Bonjour,
      Je vous en prie ! de rien.
      Oui, il faut savoir se servir des outils à la disposition des photographes, ceci dit chacun fait ce qu’il veut !
      Je parle simplement de cadrage, une des notions parmi les plus importantes et fondamentales dans la photographie et ma manière à moi de l’aborder… Tout ce que je dis est que je suis contre le recadrage et j’explique pourquoi.
      Vous interprétez, exagérez et mélangez mes propos de manière extrémiste, je ne dis en aucun cas que c’était mieux avant.
      Je ne parle pas de focale fixe et de map manuelle etc.
      Vous me parlez de fierté ! Qu’en savez vous ? moi je vous parle de plaisir et de passion.
      Votre message me fait penser à une crise d’ado alors que le sujet est le cadrage tel que je le pratique mais je reste humble, je n’ai pas la prétention que mes propos soient des paroles d’évangile.
      Allez demander à des photographes renommés ce qu’ils pensent du cadrage et vous serez surpris d’en apprendre encore et encore. Allez vous renseigner dans une école de photographie et vous découvrirez la part importante consacrée au cadrage qui y est enseigné.
      Vous faites ce que vous voulez mais sachez que ce n’est pas la technologie qui fera votre talent…
      Ce n’est pas parce que vous chaussez des runnings que votre effort sera mieux maitrisé…

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter


Twitter

Discussions

Aller à la barre d’outils