Test du Nikkor 24-70mm f/2.8 ED VR, un ami qui vous veut du bien…

1/1250s f/6.3 200ISO 70mm , on voit un léger vignettage.

1/1250s f/6.3 200ISO 70mm , on voit un léger vignettage.

Il est toujours difficile de se faire une idée complète sur un objectif en test tant un photographe peut rencontrer tellement de situations différentes que je ne pourrais vous livrer que mes premières impressions sur ce Nikkor 24-70mm f/2.8 ED VR, car malheureusement je n’ai eu l’opportunité de le tester que pour deux petits jours. Je suis sur le chemin pour le ramener et non je ne veux pas le rendre… Tellement le peu qu’il m’a montré fut bon, très bon.

Revenons donc à mon week-end avec cet ami formidable. Toujours fourni dans cette boîte dorée, je me suis dit tout de même que Nikon aurait pu faire un effort sur l’emballage dans le sens où on retrouve exactement le même emballage qu’un simple 18-55mm, mais pour un tarif de 2500.-… Bref, vous allez me dire que la boîte, on ne s’en sert pas…Oui, mais bon trois bouts de cartons pour tenir l’objectif dans son étui…

Tout d’abord, commençons par un petit rappel, la première version du 24-70mm f/2.8 remonte à 2007 avec un poids d’environ 900gr. La réponse de Canon vint en 2012 avec également un 24-70mm f/2.8 et un tarif autour des 2500.- à sa sortie qui s’est stabilisé depuis autour des 2000.-, mais surtout un poids plus léger (805gr) et une très très bonne optique. Nikon se devait de réagir, c’est chose faite avec une formule optique améliorée et surtout la stabilisation. Bon, pour le poids on repassera…

À part ce détail, ce Nikkor 24-70mm f/2.8 VR embarque le top du top de la marque jaune, jugez plutôt : une construction optique premium dotée d’une lentille asphérique en verre ED à faible dispersion (réduction du vignettage), le traitement nanocristal (réduction du flare), diaphragme électromagnétique (optimisation de la précision lors de la prise de vue en rafale), traitement au fluor (résistance à l’eau et à l’humidité). Et comme toujours sur les optiques Nikkor, un autofocus ultra-silencieux et hyper réactif. Seuls bémols de cette optique d’exception, le poids, la taille, le prix.

On commence par une prise en main de l’optique, oui il est lourd le bougre, mais la construction est solide et inspire confiance. Je remarque de suite que le pare-soleil vient se visser directement sur le fût et qu’il propose un clip de verrouillage. On sent déjà son côté baroudeur…

Monté sur un D700 embarquant un grip MB-D10, j’ai préféré démonter ce dernier, car là, je ne me voyais pas trimbaler le tout avec un poids d’environ 2.5kg. À noter justement qu’avec un boitier comme le D700, l’équilibre de l’ensemble se retrouve sur l’objectif, en tout cas c’est du lourd, on en a plein les mains.

C’est du lourd, mais quelle souplesse ! La bague de zoom est fluide comme la bague de mise au point. L’autofocus est rapide et silencieux. On retrouve le sentiment de solidité et de fiabilité des optiques Premium Nikon. Quant à la stabilisation, elle semble faire son boulot, je ne l’ai pas poussée sauf à 5 secondes, mais avec flash au deuxième rideau, ce qui fige le mouvement, mais le résultat est bluffant.

1/800s f/14 200ISO 24mm

1/800s f/14 200ISO 24mm

Je profite du Festival des Ballons de Chateau-d’Oex pour aller sur le terrain par un bel après-midi bien ensoleillé. Mesure matricielle, AF dynamique en 51 points, 200Iso et c’est parti, autofocus super rapide, un léger vignettage, mais vraiment très léger sur les bords supérieurs à pleine ouverture et qui devient inexistant lorsque je ferme de 3 diaphs, les couleurs sont là dans le viseur et sur l’écran, souplesse de la bague de zoom, un piqué prometteur que je perçois déjà sur l’écran du boitier, le traitement Nano crystal fait aussi son boulot et les flares sont réduits à leur plus simple expression.

Retour à la maison, dematricage sous Adobe Caméra RAW sans rien modifier, ben non il n’y a quasiment rien à retoucher…

Je tente quelques clichés en studio à main levée, le piqué est toujours aussi bon, les couleurs sont tout aussi excellentes, je taquine la stabilisation qui semble vraiment faire son boulot. Je pousse au flash au deuxième rideau avec une vitesse à 5 secondes, même si effectivement le flash fige l’image, le piqué est toujours là.

1/1250s f/5 200ISO 24mm

1/1250s f/5 200ISO 24mm

Bon je retourne le lendemain refaire quelques clichés, car il ne m’a pas tout dit même si ce qu’il m’a déjà révélé est déjà de haut niveau….

Même constat, ce n’est que du bon… Je crois que je peux mettre cette optique dans ce que je connais de mieux, car tellement ses performances sont de haut vol.

Voilà je dois quitter cet ami ce matin et je ne m’y fais toujours pas. Ami par sa construction qui est faite pour durer, un rendu des couleurs exceptionnelles, un piqué très très bon, une stabilisation qui semble vraiment tenir ses promesses, un poids qui finalement se discute sachant qu’une vrai formule optique de qualité pèse toujours son poids…

Quant au prix, on ne parle pas de cela entre amis puisqu’une amitié est faite pour durer.

Frederik Gravier

Passionné depuis plus de 15 ans par la photographie, les appareils photo, les drones, la vidéo et l'image en général, j'en ai fait mon métier et depuis quelques années, je vous fais partager cette passion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.