A la découverte de la macrophotographie

Macro-001Mais d’abord, intéressons à sa définition, la macrophotographie fait référence à toutes les techniques utilisées pour prendre en photos tout sujet de petite taille en gros plan. On peut parler de photographie rapprochée, mais attention, suivant le matériel utilisé, on parle également de proxyphotographie ou de photomicrographie, sous discipline de la macrophotographie.

Le dénominateur commun de ces disciplines est ce qu’on appelle le rapport de grossissement ou de reproduction, celui-ci va définir la discipline concernée.

On peut définir le rapport de reproduction par le rapport entre la taille du sujet sur l’image et la taille du sujet dans la réalité.

Pour résumer, si la taille du sujet sur le capteur est égale à la taille physique de ce dernier, le rapport de grossissement sera noté 1/1. A contrario, si la taille du sujet est deux fois plus petite sur le capteur que sa taille réelle, alors le rapport de grossissement sera de 1/2. Ce rapport, appelé coefficient de grossissement est aussi noté de la manière suivante soit x1 ou x0,5 suivant bien sûr, le rapport de grossissement.

On parle justement de macrophotographie lorsque le rapport de grossissement est au minimum de 1/1. Nous parlons ensuite de proxyphotographie lorsque le rapport de grossissement est compris entre 1/10 et 1/2, ce qui veut dire que la taille du sujet est de 10 à 2 fois plus petite sur le capteur par rapport à sa taille physique.

Quant à la photomicrophotographie, nous sommes sur des rapports supérieurs à 10/1.

Pour résumer, rapport de grossissement = Taille du sujet sur l’image / Taille du sujet dans la réalité.

Vous me demanderez alors si il est nécessaire pour commencer ses premiers pas en macrophotographie, d’investir dans un objectif macro. Non, vous n’êtes pas forcément obligé d’investir de suite dans un objectif dédié macrophotographie.

Prenons par exemple, un 24-120mm qui peut vous permettre de faire nos premiers pas dans la proxyphotographie, car pour rappel, nous allons travailler avec des rapports de reproduction compris entre 1/10 et 1/2.

Le 24-120mm a un rapport de reproduction de x0.24 soit 1/4.2, ce qui veut donc dire que la taille du sujet est 4.2 fois plus petite sur le capteur que sa taille réelle donc nous pouvons parler de proxyphotographie.

Tout cela pour vous dire qu’avec plus ou moins n’importe quel objectif standard, vous pouvez déjà commencer à faire de la macrophotographie ou du moins de la proxyphotographie.

N’oublions pas tout de même que la luminosité est importante et impacte indirectement la profondeur de champ, dans le domaine de la macrophotographie et qu’à défaut d’avoir un objectif lumineux, nous pourrons monter en sensibilité ISO ou alors travailler sur pied pour descendre en vitesse.

Il faut bien entendu prendre en compte le coefficient multiplicateur suivant la taille de votre capteur et l’ouverture utilisée suivant la focale et prendre en compte la qualité du rendu de l’objectif en fonction du couple ouverture/focale que vous utilisez.

Une des premières règles en macrophotographie est de ne jamais travailler en journée (cool ton boulot, ils embauchent ? 🙂 c’est-à-dire qu’il faut privilégier les premières heures du jour et les dernières du soir, car d’une part, la lumière est meilleure et d’autre part, les insectes dorment à ces heures précises.

Vous allez vous apercevoir également que la composition en macrophotographie est plus compliquée qu’il n’y paraît, même si le sujet est petit, les règles restent les mêmes… Vous allez pouvoir jouer également avec la lumière et vous permettre certains contre-jours pour mettre en relief votre sujet.

Vous allez également travailler en manuel aussi ou en priorité ouverture pour jouer d’une part avec votre profondeur de champ et ne pas forcément travailler à pleine ouverture pour gagner en piqué et minimiser le vignettage inhérent à beaucoup d’objectifs. Vous allez également souvent débrayer votre autofocus pour une mise au point plus précise dans votre composition.

Il va falloir également se mettre à la hauteur de votre sujet donc vous allez devoir crapahuter dans l’herbe pour aller chercher vos clichés….

Voilà pour cette première approche de la macrophotographie, discipline qui mérite d’être testée, n’hésiter pas à nous donner votre retour d’expérience dans les groupes de discussions.

À noter que si vous utilisez un objectif macro, vous allez vous apercevoir que vous n’allez pas forcément pouvoir travailler à pleine ouverture et c’est normal ! Pour rappel, plus on ouvre le diaphragme, plus la profondeur de champ est courte.

Sur les objectifs macro, en général, l’ouverture maximale varie avec la distance de mise au point. Si nous faisons la mise au point à l’infini, la pleine ouverture sera bien de 2.8 mais plus on diminue la distance, plus la pleine ouverture est réduite, ce qui n’est pas un problème de toute façon parce qu’aux courtes distances il faut fermer l’ouverture pour maintenir une profondeur de champ correcte et non pas trop courte.

Frederik Gravier

Passionné depuis plus de 15 ans par la photographie, les appareils photo, les drones, la vidéo et l'image en général, j'en ai fait mon métier et depuis quelques années, je vous fais partager cette passion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.