Sony A6500, moins d’un an après l’A6300

Annoncé en mars dernier, l’A6300 présente déjà son successeur, le Sony A6500 avec principalement, un nouveau processeur plus rapide, une stabilisation du capteur sur 5 axes et un écran tactile.

À part cela, rien de nouveau au pays du soleil levant ! Il est vrai que le marché de l’hybride est en pleine expansion et que les ténors du segment veulent occuper le terrain et pérenniser leur part de marché face à un segment du reflex qui décline d’année en année.Pas de grand changement en termes de design à part la mention Steady Shot Inside gravée sur l’épaule gauche du boîtier annonçant la stabilisation sur 5 axes du capteur APS-C similaire à celui de l’A6300 : un capteur APS-C à 24,2 Mpx. Sony annonce un gain de 5 IL en photo et le fonctionnement de la stabilisation pendant le filmage en 4K. La plage de sensibilité ISO ne change pas, 25600Iso en natif, mais Sony annonce un meilleur traitement du bruit électronique. Le nouveau processeur permet un mode rafale à 11 ips (avec suivi AF et mesure d’exposition) sur 307 images en jpeg, soit plus de 36 secondes de rafale. La cadence descend à 8 i/s en visée liveview.

Sony A6500

Annoncé en mars dernier, l’A6300 présente déjà son successeur, le Sony A6500 avec principalement, un nouveau processeur plus rapide, une stabilisation du capteur sur 5 axes et un écran tactile.

L’A6500 reconduit également le module autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase qui déploie 425 points en détection de phase et 169 en détection de contraste, ce qui permet de couvrir pratiquement l’intégralité de la zone photographiée. Sony annonce une version plus rapide, épaulée par un tout nouveau processeur de traitement des données Bionz X associé à une nouvelle puce, ce qui place toujours le module autofocus de l’A6300 comme l’un des plus rapides sur ce segment d’appareils photo a capteur APS-C.

L’A6500 propose bien évidemment, l’enregistrement UHD en 3 840 x 2 160 px avec un recadrage de 1,9x en équivalent 24×36.Par ailleurs, l’A6500 conserve les fonctionnalités déjà présentes sur l’A6300 comme les zébras, le focus peaking, la possibilité d’enregistrer en S-Log(2/3)/S-Gamut et une sortie HDMI non compressée en 4:2:2 / 8 bits. Pas de changement non plus au niveau des cadences d’enregistrement. L’A6500 est limité à l’enregistrement UDH 25 i/s et FullHD à 100 i/s.

Bâti sur un châssis en alliage de magnésium, l’A6500 résiste aux poussières et aux projections d’eau. L’obturateur mécanique est également garanti pour 200 000 déclenchements, mais il plafonne en revanche à 1/4000s.Une puce Wi-Fi fait bien sûr partie du voyage de afin de communiquer avec un smartphone ou télécharger des applications spécifiques. Autre nouveauté, l’écran est désormais tactile. Il sera donc possible d’y effectuer la mise au point par l’écran. Quant à la définition, celle ci ne progresse pas, restant à 921 Kpts. L’écran pivote à 90° vers le haut et 45° vers le bas. Toujours pas de prise casque, mais une prise micro est présente, comme sur l’A6300. La recharge des accus passe toujours par la prise micro USB.

Le Sony A6500 sera disponible en noir ou en silver, courant décembre au prix de 1700 CHF par (boîtier nu). Un kit avec l’optique 16-70 mm f/4 sera également proposé à 2 800 CHF.

  • Capteur : Cmos Exmor APS-C 23,5 x 15,6 mm 24 Mpxl effectif
  • Format : 3/2
  • Protection du boîtier : –
  • Stabilisateur : cinq axes
  • Anti-poussière : Vibrations ultrasoniques
  • GPS : Non
  • WiFi : Oui, NFC
  • Définition : 6 000 x 4 000 pixels (3/2), 6 000 x 3 376 pixels (16/9)
  • Vidéo : 4K (3 840 x 2 160p) à 25 im/s, 100 Mbps ; 1080p à 100 im/s, 50 Mbps
  • Sensibilité : Auto, 100 – 51 200 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ARW), Raw + Jpeg
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Monture : E-Mount
  • Coefficient multiplicateur : 1,5x
  • Mise au point auto. : Détection de phase et de contraste
  • Zones de mise au point : 425 (détection de phase) + 169 (détection de contraste)
  • Illuminateur AF : oui
  • Mise au point  : Auto (déclenchement, continue,prédictive avec suivi), manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, iAuto, Supérieur Auto
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : NC
  • Type de mesure : Multizone (1 200), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Prise de vue, consultation
  • Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 1/3 IL ou 1/2 IL
  • Vitesse : 1/4000 à 30 sec, pose B
  • Vitesse de synchro X : 1/160 s
  • Rafale : 11 im/s (expo et AF sur la 1ère photo)
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Réglages divers : D-Range Optimizer, AutoHDR, styles créatifs (Standard, Vivid, Portrait, Paysage, Coucher de soleil, N&B), effets spéciaux (Couleur partielle, Couleur POP, Soft High-key, Postérisation N&B ou couleur, Monochrome contraste élevé, Toy camera, Photo rétro, Soft focus, Peinture HDR, Rich-tone monochrome, miniature), corrections optiques, Focus peaking, Zebra
  • Flash intégré : oui
  • Compensation d’exposition au flash : +/-3 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Visée : Oled, 2,36 Mpts, 100%
  • Moniteur : LCD orientable, 3 pouces/921 kpts
  • Stockage : Memory Stick PRO Duo/PRO-HG Duo/SD/SDHC/SDXC (UHS-I)
  • Connectique : Hi-speed USB, mini HDMI, Wi-Fi
  • Personnalisation : Touches personnalisables (9)
  • Divers : Panorama par balayage, HDR
  • Accessoires fournis : Accu, bandoulière, câble USB
  • Alimentation : Accu Li-Ion NP-FW50 (7,2 V, 1 080 mA/h)
  • Dimensions : 120 x 66,9 x 53,3 mm
  • Poids : 453 g (avec batterie et carte)

Les derniers articles par Frederik Gravier (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter





L’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie. László Moholy-Nagy.

Fait avec passion depuis 2015 © swiss-photos 2019

Untitled Document Facebook Twitter Instagram Flickr YouTube