L’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie." , László Moholy-Nagy.

Sony A6400 un autofocus amélioré sans stabilisation

Le nouvel hybride APS-C surprend son monde puisqu’il hérite plus de l’A6300 que de l’A6500. En effet, le Sony A6400 évolue avec un autofocus performant, mais n’embarque aucune stabilisation sur le capteur. Cela entraîne logiquement une baisse de prix.

On retrouve donc le capteur Cmos Exmor APS-C de 24 Mpxl. A noter qu’il n’est pas rétroéclairé. Comme évoqué en introduction, la stabilisation sur cinq axes, incorporée dans l’A6500, manque ici à l’appel. La plage de sensibilité augmente toutefois sur l’A6400 par rapport à ses aînés au format APS-C, passant de 100 à 32 000, avec la possibilité d’aller à 102 400 Iso. Sony a intégré le processeur Bionz X de dernière génération, à l’œuvre sur ses hybrides 24 x 36. Les fichiers Raw sont en 14 bits (pas de choix avec ou sans compression, ils sont de facto compressés). Au niveau des formats disponibles, en plus des traditionnels 3/2 et 16/9, on trouve désormais le ratio 1/1 (4 000 x 4 000 pixels).

L’écran LCD est orientable à 180°, la taille et la définition de ce dernier demeurent inchangées par rapport à celui de l’A6300 comme également le viseur, identique à ce que l’on trouve dans les A6300 et A6500 : soit un Oled de 2,36 Mpts, avec un grossissement 0,70x en équivalent 24 x 36.

Au niveau de l’autofocus, l’AF hybride repose sur 425 points à détection de phase, et autant à détection de contraste, pour une couverture d’environ 84 % de la surface du capteur. Il intègre également des fonctionnalités inaugurées sur l’A9
, haut de gamme plein format telle la mise au point automatique « Eye AF en temps réel avancé », qui donne la possibilité de choisir l’œil sur lequel le système autofocus réalise le point.

Sony annonce une rafale à 11 images par seconde, cependant avec une mémorisation de l’exposition et de la mise au point uniquement sur la première prise de vue. L’obturateur « tape » toujours à 1/4000s en mécanique et bonne surprise, aucune obturation électronique n’est disponible. L’appareil est donné pour une durée de vie de 200 000 déclenchements.

Quant à la vidéo, le Sony A6400 propose du 4K UHD à 25 i/s et du Full HD à 50 i/s. Il est possible de filmer en 4:2:2 sur 8 bits sans compression via la sortie HDMI et on pourra brancher un micro. En revanche, il n’y y a pas de sortie casque. Bonne nouvelle, un intervallomètre est disponible gratuitement, il fallait auparavant acheter une application dédiée. La batterie NP-FW50 est reconduite et se recharge en USB 2, puisque le chargeur secteur est toujours optionnel. Un seul port pour cartes mémoire, de type SD ou Memory Stick. Le poids du boîtier nu est de seulement 403 g (avec carte et accu).

L’A6400 sera disponible courant février au prix de 1050.- CHF nu, ainsi qu’en kit à 1150.- CHF avec le 16-50 mm OSS ; 1450.- CHF avec le 18-135 mm OSS. 

Frederik Gravier

Passionné depuis plus de 15 ans par la photographie, les appareils photo, les drones, la vidéo et l'image en général, j'en ai fait mon métier et depuis quelques années, je vous fais partager cette passion !

Les derniers articles par Frederik Gravier (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter


Twitter

Discussions

Aller à la barre d’outils