Non mais Photo quoi !

La technologie est devenue tellement performante en photographie que bientôt, c’est l’appareil lui-même qui prendra la photo. Je vois déjà certains qui se disent que j’écris un article dans un état d’esprit « c’était mieux avant « . Je pars simplement d’une constatation en me basant sur certains boitiers hybrides dont l’autofocus est capable de suivre instantanément l’oeil d’un sujet en mouvement (vous pouvez même choisir l’oeil droit ou l’oeil gauche, à condition que votre sujet ait deux yeux :-). Génial me direz vous ! Des cadences jusqu’à 20 images par seconde, des montées en ISO de folie, des capteurs embarquant de plus en plus de pixels Waouhhhhh.

Sony a révolutionné le marché de l’hybride plein format et s’y est imposé en étant le premier à créer ce marché en 2013 avec le premier Alpha 7 même si les premières pierres furent posées quelques années auparavant avec les fameux NEX. Canon et Nikon se sont enfin réveillés depuis deux ans… Et au vu des dernières annonces des fabricants, nous vivons une révolution peut-être tout aussi importante lorsque le numérique prit la place de l’argentique…
Certes, l’économie de chaque entreprise passe par l’évolution de la technologie et ce n’est pas une mauvaise chose. (Oui le, mais arrive).

Mais concernant la photographie, a-t-on vraiment besoin de tout cela ?
J’ai toujours défendu par le passé et dans beaucoup de mes articles, que ce n’est pas l’appareil photo qui prend la photo, mais vous !
Arrivez-vous à faire la différence entre un cliché pris avec un appareil d’il y a 10 ans et un d’aujourd’hui ? Certains me diront que oui, et c’est tout à leur honneur.
Est-ce que les personnes qui visionneront vos clichés vous diront « tu aurais dû faire ce cliché avec tel appareil « . Imaginez dire à Henri Cartier Bresson, Robert Doisneau ou Yann Arthus Bertrand : « Heu ton cliché là il est superbe, mais bon tu aurais du faire autrement »
Je ne suis pas en train de cracher sur toutes ces extraordinaires évolutions technologiques, car je suis le premier à vouloir les tester. Mais posons-nous la question, est-ce que ce que je fais en photographie nécessite toutes ces technologies? Dois je dépenser autant pour un boitier ou dois je privilégier des optiques à la hauteur du boitier de la gamme d’en dessous ?

Quand vous prenez votre cliché, est-ce que vous réfléchissez à tous les paramètres que votre boitier vous propose ?
Est-ce que la technologie doit prendre le pas sur l’instant ou on déclenche ? Ces évolutions technologiques vous y aideront certainement, je ne dirai jamais le contraire. Mais je défendrai toujours la passion et le sens artistique d’un cliché s’il le mérite même pris avec une « merde » d’appareil.
Pourquoi l’argentique fait-il un retour extraordinaire sur le marché ?
Pourquoi sommes-nous toujours en admiration devant certains clichés datant de plus d’un demi-siècle ?
Tout ceci pour en arriver à la conclusion suivante : a-t-on besoin de toute la technologie actuelle pour être créatif ?

En ces temps de confinement et de distanciation sociale, n’est-ce pas le bon moment pour se recentrer sur ce qui nous fait “triper” en photographie et de retourner aux fondamentaux. Je vois certains photographes sur les réseaux sociaux qui continuent de publier des photographies prises ces jours-ci se mettant en situation avec ce qu’ils ont sous la main chez eux pour continuer à raconter des histoires et je trouve cela génial !

Le modeste cliché qui illustre cet article est un panorama fait à partir d’une centaine de photos et après un traitement maison sous Photoshop, j’avoue que celui-ci me plaît, je reviens à mes premiers amours que sont la photographie de paysage et la carte postale (certes, en restant à la maison, la montagne en face de chez moi n’a pas bougé depuis hier. Je ne vous demande pas d’aimer ce cliché, mais je vous invite simplement à vous faire plaisir derrière l’objectif avec ce que vous avez sous la main sans forcément sortir l’artillerie lourde, de faire preuve d’inventivité, il est peut être temps et parfois les choses n’arrivent pas par hasard, de retrouver les émotions qui nous ont fait découvrir et nous impliquer dans la photographie et de peut être retrouver une certaine humilité.
Ne me faites pas dire non plus que je trouve cette période géniale, car il ne faut pas oublier que si pour certains la photo est un hobby, pour d’autres, c’est un métier qui leur permet de simplement vivre et cela vaut également pour plein d’autres entrepreneurs dans d’autres domaines, essayant de vivre de leur passion.
En espérant que cette crise ne fasse pas trop de dégâts surtout en termes de vies humaines (un décès est toujours un décès de trop) et en termes d’économie.

Tout simplement pour vous dire Non, mais Photo quoi l

Une dernière petite chose, oui, j’avoue, les commentaires sur les forums m’exaspèrent, les pseudo-connaisseurs ou plus communément appelés connaichieurs me rendent dingue avec leur science infuse et leurs commentaires à tout va sur tout et sur rien, certains même connaissent déjà tout sur certains produits qui ne sont pas encore sortis sur le marché. A contrario, ceux qui n’y connaissent rien et qui publient leurs « oeuvres » et qui n’en peuvent plus de s’extasier, un peu d’humilité ne vous ferait pas de mal. Le fait d’avoir le dernier appareil du moment ne vous légitime pas en tant que photographe.
Je réitère : Non mais Photo quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Panier

Abonnez-vous à notre newsletter




L’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie. László Moholy-Nagy 1928

L’illettré de demain pourrait bien être celui qui possède le plus gros, le plus beau stylo-photo… Olivier C. 2020

Fait avec passion depuis 2015 © swiss-photos 2020

Untitled Document Facebook Twitter Instagram Flickr YouTube